Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen

Publié le par Lysistrata Galaad

Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen est un roman que l'on pourrait qualifier de picaresque de l'auteur Finlandais Arto Paasilinna.

Auteur : Arto Paasilinna
Année de publication : 1995
Editeur : Folio
                               
                                                      Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen

Quatrième de couverture :
Le pasteur Oskar Huuskonen traverse une mauvaise passe. Sa foi vacille, son mariage bat de l'aile, ses prêches hérétiques lui attirent les foudres de l'Église. Même la pratique du javelot ascensionnel, sport a priori inoffensif, lui cause des ennuis. Comme si cela ne suffisait pas, il va s'attacher à un ourson orphelin, prénommé Belzéb, offert par ses ouailles. Il lui construit une tanière en prévision de l'hiver, l'y rejoint en compagnie d'une charmante biologiste, s'y adonne à des plaisirs peu platoniques. Il n'en fallait pas moins pour que sa femme et son évêque le congédient... Huuskonen et Belzéb vont partir à l'aventure. Un long périple qui les mènera de la mer Blanche à Odessa, Haïfa, Malte ou Southampton, en quête d'un sens à leur existence. Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen nous embarque dans les tribulations picaresques et loufoques d'un pasteur défroqué et de son ours. Avec cette fable caustique, Paasilinna brocarde l'hypocrisie des institutions religieuses et les conventions sociales... Sans oublier de nous faire rire à chaque page.

Mon résumé : Dans la petite ville finlandaise de Nummenpää vivent le pasteur Oskar Husskonen et sa femme. A bientôt cinquante ans le pasteur voit sa foi vaciller, ce qui ne l'empêche pas de donner des prêches très animés « Mais quand Dieu lui cingle l’échine de son fouet, il y a du poil qui vole et le Malin chie dans son froc ! ». Pendant ce temps une ourse sort de son hibernation avec ses deux oursons et, prise d'une faim tenace elle entre dans le village pour aller piller le garde manger de la préparatrice de banquets. Celle-ci, furieuse tente de chasser les ours mais se retrouve bien vite la proie de cette chasse. Elle se réfugie en haut d'un pilonne à haute tension, suivie de très près par l'ourse. Pour échapper au plantigrade elle attrape les câbles, s'électrocutant sur le coup et l'ourse avec. Les villageois récupèrent les deux oursons et décident d'en offrir un, le petit mâle au pasteur. Lequel sera nommé Belzéb d'après le cri de surprise de la pastoresse.
Le pasteur se retrouve donc avec ce nouveau compagnon, ce qui ne plait pas de tout à sa femme. En effet l'ourson fait des bêtises, ronge les meubles, défèque un peu partout...
La pastoresse commence vraiment à en avoir mare de son époux et de son nouveau cadeau qu'il semble considérer comme un enfant. Oskar continue de multiplier les prêches véhéments, parfois à la limite du blasphématoire, ce qui déplait fort à ses supérieurs. Vient le temps de l'hibernation de Belzéb, Oskar, qui n'y connait rien fait appel a  Sonia, une jeune éthologiste. Oskar et Sonia noueront un lien plus que professionnel au sein de la tanière de l'ourson endormi.
Sa femme va finir par le quitter, le laissant seul avec l'ours et leurs quelques affaires et ses supérieurs le forcent à prendre une sorte de retraite anticipée.
N'ayant nulle part où aller, défroqué et seul avec son ours, le pasteur Huuskonen décide de parcourir le monde à la recherche d'un travail qui lui permettra de se loger et de se nourrir. Il va éduquer Belzéb qui reproduira avec entrain les faits et gestes de son maître.
Nous allons donc suivre le périple du pasteur et de son ours à travers une partie du monde.

Mon avis : Ce roman est une petite merveille. Arto Paasilinna a su mêler l'humour décapant aux réflexions théologiques du pasteur à la foi plus que vacillante.Nous oscillons ici entre la fable (le lien magique qui uni Belzéb et Oskar entre le lien d'appartenant et de filiation) et le roman picaresque (ils parcourrent le monde, tous les deux à la recherche d'une reconnaissance, de nourriture, d'amour...). Nous découvrons de nouveaux horizons, de nouvelles coutumes en suivant les deux personnages. C'est un roman suprenant avec des personnages hors du commun et une nature mise en valeur.

Conclusion :
Je recommande ce roman qui se lit très bien et plutôt rapidement. Vous allez rire, vous questionner, rire à nouveau et surtout voyager côte à côte avec le pasteur défroqué et son ours imitateur.

Commenter cet article